Eéchographie : endométriose WTF !!

Alors qu’en août 2018 le docteur P m’opérait de mon endométriose et des trompes, je pensais que ça aboutirait à une trêve, à un enterrement de la hache de guerre avec soeur encométriose.

L’échographie du 30 janvier prouve que je n’en ai toujours pas terminé et que l’histoire d’amour avec cette maladie promet d’être longuuuuue. A nouveau à mon actifs les principaux foyers d’endométriose : les LUS, le rectum et les ovaires.

Notre docteur Hope a donc rapidement décidé de me mettre sous lutéran dès le premier jour des règles en continue jusqu’à ce que l’on se revoit d’ici 3 mois. Cela pour éviter que l’endométriose ne fasse davantage de ravage.

Elle a également reçu les résultats génétiques concernant la mutation du facteur V de Leiden. Je suis bien mutée et je suis hétérozygote. Il y a donc des risques de thromboses veineuses importants.

Ce problème d’ordre génétique touche ma famille maternelle et concernerait 5 à 9 % de la population européenne. J’ai 3 cousines impactées dont une qui a fait une embolie il y a quelques années. Ce problème sera traité avec une mise sous anti coagulants lors de la prochaine FIV.

Je reste toujours scotchée sur le nombre de personnes concernées par des mutations génétiques. Or, aucun dépistage n’est proposé. Pourtant, cela pourrait permettre d’éviter bon nombre d’accidents…

Hello 2019 et nouvelle préparation à la fiv

Après avoir fait tous nos tests génétiques, il fallait bien refaire le point avec l’équipe de choc qui nous suit de très près.

Nous avons donc commencé par voir le médecin qui s’occupe de la tuyauterie de monsieur. Le spermogramme est bien meilleur que le précédent et c’est avec un immense soulagement que nous avons appris que nous avons 9 paillettes de sperme congelé de très bonne qualité ! Ô miracle, l’année serait elle en train de bien commencer pour nous ?

Donc en cas de problème de sperme, nous avons pas mal de munitions !! Si couillon ou couillette veulent la guerre ….. elles l’auront, nous sommes parés !

Sachant que la testostérone de l’impatient est basse, le docteur lui a demandé de prendre du clomid ! Et oui, du clomid, vous avez bien lu… Et non, ce n’est pas que réservé à ces dames 😉 il parait que cela fonctionne fort bien pour les hommes ! En parallème, on prendra un comprimé de trétrafolic par jour.

Nous avons ensuite vu ce soir notre docteur Hope après une bonne heure et demie à l’attendre. Mais force est de constater qu’elle prend toujours son temps avec chacun de ses patients et c’est ce qui rend cette femme si agréable et chaleureuse.

Elle nous a expliqué avec son professionnalisme habituel la suite des événements.

Comme nous sommes tous deux insulinorésistants, nous allons commencer un traitement par metformine pour permettre une meilleure efficacité des traitements PMA. Pour Mme Impatiente, on rajoutera tout de même un petit quelque chose pour la thyroïde afin que celle ci soit la plus stable possible.

L’objectif des trois mois à venir est donc de préparer le terrain pour réaliser pour bonne troisième fiv.

Il reste quelques points à éclaircir : la question génétique car le laboratoire n’a pas envoyé tous les résultats à Hope. Comme dans la famille de l’impatiente, on a des problèmes sur le facteur V, il faut éclaircir ce point.

Ensuite, Mme Impatiente va devoir faire une échographie rapidement pour s’assurer que l’endométriose ne soit en train de se redévelopper fortement. Et oui, depuis août que l’opération a eu lieu, les douleurs se font de plus en plus fréquentes.

Le RDV est pris pour le 30/01….

rétrospective 2018

Voilà une année de passée et tu n’es toujours pas là mon bébé… Cette année pourtant beaucoup de choses ont changé… Je fais mon maximum pour que tu viennes un jour te loger dans mon ventre. Voici la rétrospective de cette année passée à la fois bien trop vite et bien trop lentement…

Février

FIV 2 imsi

On a récolté 6 ovocytes, obtenu 5 embryons qui ont été poussés jusqu’à J5.

A J5, il en restait 3.

Nous en avons transféré deux sans succès d’accroche.

Août

Voyage de noces en Corse ! Que c’était bon de prendre du temps pour nous dans des eaux turquoises et au soleil… 2 semaines de pur bonheur ou le lâcher prise a été total.. Il n’y avait que nous et notre amour et plus de PMA dans la tête…

Tour gênoise et eau de rêve

fin du mois : cœlioscopie tubaire et pour l’endométriose.

Octobre :

spermogramme de M. impatient qui est de plus en plus mauvais. Nous avons vu l’urologue qui ne trouve pour l’heure aucune explication à cette dégradation…

Novembre :

TEC 1 du seul embryon de la FIV 2 échec.

Tec

Mme Impatiente a également fêter ses 33 ans… 33 ans et pas d’enfants… la déprime n’est pas loin…

décembre :

Attente des résultats d’analyses qui organiseront notre année suivante. Décision de partir dans le privé pour les 2 dernières fiv.

Analyse mutation du gène MTHFR

Alors que j’attends toujours les résultats de ma mutation de gène MTHFR ainsi que ceux de mon caryotype, mon mari vient de recevoir les siens.

Tout est normal. Pas de mutation c.677C>T ni de mutation c1298A>C.

C’est avec un grand plaisir que j’ai pris connaissance de ces résultats. Pour une fois, la chance nous sourit et mon mari n’a aucune mutation génétique. C’est déjà ça car au vue de ses spermogrammes assez catastrophiques et de ses taux de testostérone, alourdir davantage la balance aurait été dur à surmonter.

Nous avons mis 2 ans de PMA à obtenir des analyses plus poussées pour comprendre pourquoi, chez nous, les FIV ne marchent pas. Alors pour ôter tout doute d’un point de vue génétique, nous vous conseillons à tous de ne pas tarder à demander à votre médecin si ce n’est déjà fait de pratiquer ce genre de dosages. Si cela peut éviter à des couples de perdre du temps et de ne pas avoir d’explications aux échecs…

POur des informations complémentaires, je vous invite à aller voir le topic du forum fiv qui traite de ce sujet : https://forum.fiv.fr/viewtopic.php?t=6788

Un gps pour la cigogne

Bonsoir,

Ce we, essayant de m’occuper l’esprit à l’approche des fêtes de fin d’année, j’ai décidé de lire. Mon choix s’est alors porté sur un livre que ma soeur m’avait conseillé il y a bien longtemps et que je n’avais pour l’heure pas encore osé lire : il s’agit du livre d’Amandine Forgali : un GPS pour la cigogne.

L’auteur y retrace son parcours du combattant pour parvenir à donner la vie. Je me suis beaucoup identifiée aux réflexions et remarque de cette femme si spontannée. Ce livre a été dévoré tant je l’ai trouvé captivant. 

J’ai également lu félicitations c’est une fiv qui était également captivant mais dans lequel je me suis moins reconnue.

J’aime beaucoup ces livres qui sont capable de narrer avec fraicheur et humour ce parcours si douloureux qui est le nôtre.

Aurai-je trouvé mon « docteur Hope » ?

Assise dans la salle d’attente du cabinet, je suis pensive. Si ce docteur savait à quel point une grande partie de mon avenir dépend d’elle..

Ici la salle d’attente a quelque chose de déjà bien plus rassurant que ce que j’ai déjà connu par le passé durant mes deux précédente fiv.
Après une bonne heure d’attente, le docteur vient me chercher et je me sens tout de suite bien avec elle.

Elle ne me juge pas, ne me prend pas de haut et parle avec simplicité et chaleur. Rien à voir avec les éminents professeurs déjà consultés par le passé.

« Ma hope à moi » a su me guider tout au long de l’entretien pour comprendre la réalité médicale qui est la nôtre. Elle a expliqué de façon efficace et le plus simplement du monde la situation, ce que l’on pouvait espérer ou pas.

Les choses sont claires :

  • On attend les résultats des tests génétiques : MTHFR entre autres.
  • Elle se met en relation pour récupérer des informations nous concernant dans l’ancien centre de PMA. ovocytes matures par exemple / ovocytes immatures par tentatives de FIV.
  • Vérification de l’hyperinsulinémie. ça tombe bien j’avais réalisé un atelier métabolisme à la pitié Sapétrière.
  • Mise en relation pour un travail conjoint avec le docteur Hope de mon mari (urologue) : amélioration de la numération des spermatozoïdes.

Dès que tout cela est fait, elle revient vers nous pour discuter de la suite à mettre en place.

Je me sens à la fois guidée et rassurée ce soir. Voir qu’il existe des médecins encore à l’écoute de leurs patients et qui prennent le temps d’expliquer est jouissif me fait un bien fou. Elle insiste sur le fait que faire des analyses c’est bien, mais ensuite il faut les étudier et ça… Peu de monde l’a fait dans notre cas !

Les bilans quand on a plusieurs échecs de transfert…

Après plusieurs essais de FIV infructueux, il n’est pas rare à mi parcours de se demander ce qui cloche et la raison des échecs en fiv. Nous avons profité de notre visite dans une clinique espagnole pour obtenir un bilan plutôt complet d’échec d’implantation.

Voici ce qui a été dosé  pour moi et une partie pour mon homme :

  • hémogramme et plaquettes
  • Tp
  • TCA
  • glycémie
  • ionogramme sanguin (sodium/potassium)
  • créatinémie
  • urée
  • caryotype pour les deux si cela n’a pas déjà été fait
  • frottis cervico vaginal
  • protéine S libre
  • Antithrombine III
  • Protéine C fonctionnel
  • Homocystéine plasmatique
  • Anticoagulant circulant
  • AC AAN
  • anti Na
  • anti DNA natif
  • mutation du facteur V de leiden
  • mutation du facteur II du gêne de la prothrombine
  • mutation MTHFR
  • ANA 
  • Ac lupique
  • ACL IgG
  • ACL IgM
  • AC B2 C1 IgG
  • AC B2 C1 IgM

et pour toutes celles qui comme moi ont la joie d’avoir une maladie auto immune qui attaque la thyroïde, il faut faire un dosage de :

  • La TSH
  • T3 L
  • T4 L
  • TRAK (en cas de basedow).

Lors d’un début de traitement par FIV, la TSH doit être bien inférieure à 2,5.

Enfin, il y a des examens qui consistent à vérifier l’utérus comme l’hystéroscopie.