Un gps pour la cigogne

Bonsoir,

Ce we, essayant de m’occuper l’esprit à l’approche des fêtes de fin d’année, j’ai décidé de lire. Mon choix s’est alors porté sur un livre que ma soeur m’avait conseillé il y a bien longtemps et que je n’avais pour l’heure pas encore osé lire : il s’agit du livre d’Amandine Forgali : un GPS pour la cigogne.

L’auteur y retrace son parcours du combattant pour parvenir à donner la vie. Je me suis beaucoup identifiée aux réflexions et remarque de cette femme si spontannée. Ce livre a été dévoré tant je l’ai trouvé captivant. 

J’ai également lu félicitations c’est une fiv qui était également captivant mais dans lequel je me suis moins reconnue.

J’aime beaucoup ces livres qui sont capable de narrer avec fraicheur et humour ce parcours si douloureux qui est le nôtre.

Aurai-je trouvé mon « docteur Hope » ?

Assise dans la salle d’attente du cabinet, je suis pensive. Si ce docteur savait à quel point une grande partie de mon avenir dépend d’elle..

Ici la salle d’attente a quelque chose de déjà bien plus rassurant que ce que j’ai déjà connu par le passé durant mes deux précédente fiv.
Après une bonne heure d’attente, le docteur vient me chercher et je me sens tout de suite bien avec elle.

Elle ne me juge pas, ne me prend pas de haut et parle avec simplicité et chaleur. Rien à voir avec les éminents professeurs déjà consultés par le passé.

« Ma hope à moi » a su me guider tout au long de l’entretien pour comprendre la réalité médicale qui est la nôtre. Elle a expliqué de façon efficace et le plus simplement du monde la situation, ce que l’on pouvait espérer ou pas.

Les choses sont claires :

  • On attend les résultats des tests génétiques : MTHFR entre autres.
  • Elle se met en relation pour récupérer des informations nous concernant dans l’ancien centre de PMA. ovocytes matures par exemple / ovocytes immatures par tentatives de FIV.
  • Vérification de l’hyperinsulinémie. ça tombe bien j’avais réalisé un atelier métabolisme à la pitié Sapétrière.
  • Mise en relation pour un travail conjoint avec le docteur Hope de mon mari (urologue) : amélioration de la numération des spermatozoïdes.

Dès que tout cela est fait, elle revient vers nous pour discuter de la suite à mettre en place.

Je me sens à la fois guidée et rassurée ce soir. Voir qu’il existe des médecins encore à l’écoute de leurs patients et qui prennent le temps d’expliquer est jouissif me fait un bien fou. Elle insiste sur le fait que faire des analyses c’est bien, mais ensuite il faut les étudier et ça… Peu de monde l’a fait dans notre cas !

Les bilans quand on a plusieurs échecs de transfert…

Après plusieurs essais de FIV infructueux, il n’est pas rare à mi parcours de se demander ce qui cloche et la raison des échecs en fiv. Nous avons profité de notre visite dans une clinique espagnole pour obtenir un bilan plutôt complet d’échec d’implantation.

Voici ce qui a été dosé  pour moi et une partie pour mon homme :

  • hémogramme et plaquettes
  • Tp
  • TCA
  • glycémie
  • ionogramme sanguin (sodium/potassium)
  • créatinémie
  • urée
  • caryotype pour les deux si cela n’a pas déjà été fait
  • frottis cervico vaginal
  • protéine S libre
  • Antithrombine III
  • Protéine C fonctionnel
  • Homocystéine plasmatique
  • Anticoagulant circulant
  • AC AAN
  • anti Na
  • anti DNA natif
  • mutation du facteur V de leiden
  • mutation du facteur II du gêne de la prothrombine
  • mutation MTHFR
  • ANA 
  • Ac lupique
  • ACL IgG
  • ACL IgM
  • AC B2 C1 IgG
  • AC B2 C1 IgM

et pour toutes celles qui comme moi ont la joie d’avoir une maladie auto immune qui attaque la thyroïde, il faut faire un dosage de :

  • La TSH
  • T3 L
  • T4 L
  • TRAK (en cas de basedow).

Lors d’un début de traitement par FIV, la TSH doit être bien inférieure à 2,5.

Enfin, il y a des examens qui consistent à vérifier l’utérus comme l’hystéroscopie.

Condensé de notre parcours

1986 : l’infertile impatiente subit une opération à ses trois mois pour une hernie ovarienne et une hernie inguinale.

2009 : maladie de Basedow pour infertile impatiente

2012 : rencontre d’infertile impatiente et de l’homme en noir

2013 : début des essais bébé

2015 : demande en mariage de l’homme en noir à sa douce infertile impatiente qui accepte sans hésiter 😉

2016 : qu’est ce qu’il se passe ?  les essais bébé ne fonctionnent pas…

Juillet 2016 : hystérosalpingographie qui révèle un problème de trompes

Spermogramme moyen mais très correct pour l’homme en noir.

Novembre 2016 : échographie et IRM sur infertile impatiente mais elle est « peu échogène » alors on doute qu’elle aie un hydrosalpinx bilatéral.

Prise en charge dans un centre de PMA de l’est de Paris.

Juillet 2017 : FIV 1 classique 8 ovocyte prélevés, 3 embryons à J3 et 1 J5 obtenu. 0 congelé. Test de bêta HCG à 11…

Juillet 2017-février 2018 : on opère ou on opère pas ? hydrosalpinx ou pas ? La pma st incapable de répondre à la question et nous persuade de faire une FIV IMSI.

Février 2018 : fiv IMSi 2  6 ovocytes ponctionnés, 5 embryons à J3 et 2 embryons à J5. Transfert des 2 embryons. Négatif.

Appel du labo pour nous dire qu’un embryon est reparti et qu’il va être congelé. 

Mars 2018 : on se renseigne pour changer de centre.  On se déplace à l’est de PAris et on fait de plus amples analyses hystéroscopie, échographie des bourses, prise de sang, caryotypes etc.

Détection d’endométriose pour infertile impatiente et spermogramme de plus en plus mauvais pour l’homme en noir.

Aout 2018 : opération de l’endométriose avec le docteur P. Pas d’hydrosalpinx bilatéral mais un phimosis sur la trompes droite.

L’homme est OATS extrême.

novembre 2018 : Tec 1 on transfère le seul embryon de la FIV 2 ==> négatif.

Décembre 2018 : Prise de RDV pour un congélation de sperme.

Quelle suite pour la pma ? 1 RDV pris dans le privé et 1 au centre de PMA qui a fait les caryotypes. On s’est renseigné pour un don également en Espagne.