ponction et score

le rendez vous ce matin a été fixé à 7h20. Encore endormie j’ai fait le trajet jusqu’à la clinique sans réaliser réellement que j’y allais pour me faire ponctionner.

Arrivés en avance, nous faisons les papiers avec la secrétaire et nous établissons les divers chèques, pas moins de 5 aujourd’hui ! Puis nous montons et je suis installée dans la chambre 317. Première fois que j’ai une chambre particulière ! Youpi. L’infirmière fait le point sur les derniers papiers avec moi et me donne ma tenue fort glamour au passage pour le bloc. Je me change et je m’allonge tranquillement sur le lit en attendant que l’on vienne me chercher.

Puis brusquement, je me redresse et demande à mon mari s’il ne devrait pas aller se renseigner pour son recueil. Tant mieux, car effectivement, c’était bien l’heure pour lui d’y aller ! Enchanté, il était…

J’ai eu la chance de pouvoir le revoir avant de descendre au bloc. Tout s’était bien passé pour lui. Il a eu le droit à une télévision et un film qu’il n’a pas souhaité regardé mais qui change vachement des pages collantes qui traînaient dans les salles de recueil du précédent centre…

Le brancardier vient me chercher et je descends au -1. je suis accueillie comme une reine par toute une équipe et surtout par Hope dans sa tenue de combat. Nous avons fait le point ensemble sur le nombre de follicules à prélever : 5 et sur l’après ponction. Un freeze all des ou de l’embryon obtenu. On fait également le point sur le traitement pour mon endométriose et elle me dit que ma Hope me remettra ça par mail après ma ponction.

Allez c’est parti, lever de rideau, il faut y aller. Pour commencer un petit exercice physique pour se mettre dans le bain : se glisser sur le fauteuil gynéco du bloc opératoire. On en a bien ri avec Hope et ça a permis de détendre l’atmosphère car mon stress commençait à monter. Une petite perf de posé et un masque respiratoire et hop gros dodo.. c’est étrange d’ailleurs la sensation quand on se met à s’endormir… la tête qui tourne etc. il était 8h20.

En salle de réveil, vers 9h, je suis opérationnelle pour remonter dans ma chambre mais avant j’ai vu Hope qui souhaitait me donner le score de la ponction.

Nous avons obtenu 4 ovocytes. Voilà rien que ça… Mais en disant ces mots, je réalise quand même que 4, alors qu’un seul ovaire a été ponctionné c’est pas mal et nous prions pour que tout cela donne de beaux embryons. On se protège quand même en se disant qu’il ne faut pas trop espérer…

Demain nous recevrons l’appel du labo pour nous dire combien nous en avons à J2. Puis il faudra attendre vendredi prochain pour nous donner le nombre de congelé(s).

Une chose par contre qui nous a mise hors de nous… Nous avions explicitement demandé sur la proposition du biologiste à utiliser l’embryoscope. En raison des congés qui approchent (août), celui ci était déjà en opération de fermeture. C’est dommage que des couples qui passent en juillet ne puissent pas bénéficier des mêmes outils sous couvert de congés.

Enfin nous n’en ferons pas une montage mais m….. c’est quand même notre 3e fiv…

La suite du protocole a été fix ». Dès demain Lovenox, mon amour, pendant 15 jours.

Une piqûre de decapeptyl le 24 juillet et un rdv le 4 septembre avec notre hope pour dosage et echographie.

rétrospective 2018

Voilà une année de passée et tu n’es toujours pas là mon bébé… Cette année pourtant beaucoup de choses ont changé… Je fais mon maximum pour que tu viennes un jour te loger dans mon ventre. Voici la rétrospective de cette année passée à la fois bien trop vite et bien trop lentement…

Février

FIV 2 imsi

On a récolté 6 ovocytes, obtenu 5 embryons qui ont été poussés jusqu’à J5.

A J5, il en restait 3.

Nous en avons transféré deux sans succès d’accroche.

Août

Voyage de noces en Corse ! Que c’était bon de prendre du temps pour nous dans des eaux turquoises et au soleil… 2 semaines de pur bonheur ou le lâcher prise a été total.. Il n’y avait que nous et notre amour et plus de PMA dans la tête…

Tour gênoise et eau de rêve

fin du mois : cœlioscopie tubaire et pour l’endométriose.

Octobre :

spermogramme de M. impatient qui est de plus en plus mauvais. Nous avons vu l’urologue qui ne trouve pour l’heure aucune explication à cette dégradation…

Novembre :

TEC 1 du seul embryon de la FIV 2 échec.

Tec

Mme Impatiente a également fêter ses 33 ans… 33 ans et pas d’enfants… la déprime n’est pas loin…

décembre :

Attente des résultats d’analyses qui organiseront notre année suivante. Décision de partir dans le privé pour les 2 dernières fiv.

Aurai-je trouvé mon « docteur Hope » ?

Assise dans la salle d’attente du cabinet, je suis pensive. Si ce docteur savait à quel point une grande partie de mon avenir dépend d’elle..

Ici la salle d’attente a quelque chose de déjà bien plus rassurant que ce que j’ai déjà connu par le passé durant mes deux précédente fiv.
Après une bonne heure d’attente, le docteur vient me chercher et je me sens tout de suite bien avec elle.

Elle ne me juge pas, ne me prend pas de haut et parle avec simplicité et chaleur. Rien à voir avec les éminents professeurs déjà consultés par le passé.

« Ma hope à moi » a su me guider tout au long de l’entretien pour comprendre la réalité médicale qui est la nôtre. Elle a expliqué de façon efficace et le plus simplement du monde la situation, ce que l’on pouvait espérer ou pas.

Les choses sont claires :

  • On attend les résultats des tests génétiques : MTHFR entre autres.
  • Elle se met en relation pour récupérer des informations nous concernant dans l’ancien centre de PMA. ovocytes matures par exemple / ovocytes immatures par tentatives de FIV.
  • Vérification de l’hyperinsulinémie. ça tombe bien j’avais réalisé un atelier métabolisme à la pitié Sapétrière.
  • Mise en relation pour un travail conjoint avec le docteur Hope de mon mari (urologue) : amélioration de la numération des spermatozoïdes.

Dès que tout cela est fait, elle revient vers nous pour discuter de la suite à mettre en place.

Je me sens à la fois guidée et rassurée ce soir. Voir qu’il existe des médecins encore à l’écoute de leurs patients et qui prennent le temps d’expliquer est jouissif me fait un bien fou. Elle insiste sur le fait que faire des analyses c’est bien, mais ensuite il faut les étudier et ça… Peu de monde l’a fait dans notre cas !